Menu
0
   

Description

Édifice à chœur roman du XIe siècle restauré au XVIe siècle et nef reconstruite en 1744. Tour occidentale carrée et talutée. Ancienne chapelle de Saint-Laurent cédée à Saint-Jacques.

La petite église classée d'Aineffe se situe à quelques mètres de la voie principale du village. Elle apparaît, entourée de son vieux cimetière, au bout d'un chemin bordé d'arbres. Elle est construite sur un petit promontoire rocheux en bordure de champs. Des éclats de matériaux provenant probablement d'une villa romaine remontent encore régulièrement à la surface lors des charruages des terres attenantes, témoignage de l'occupation de ce site dès cette époque.

L'abbaye Saint-Laurent à Liège possédait depuis 1034 des terres à Aineffe. En 1092, elle les cède à l'abbaye de Saint-Jacques ainsi que les droits sur les églises. Mais aujourd'hui, il semble que l'église n'appartienne à personne ! Peut-être a-t-elle été oubliée lors des ventes des biens du clergé par les révolutionnaires français en 1797 ?

L'église primitive daterait du XIe siècle. Elle serait présentée comme une petite église de village à une nef. De l’époque romane, l'église conserve son imposante tour trapue à trois niveaux. Cette tour aurait été à l'origine, une tour de défense annexée à la chapelle. Ses murs y sont épais de 1,80 m par endroits. A l'intérieur, une belle voûte sur croisée y prend place. Le chevet présente encore des bandes lombardes (petites arcatures cintrées) témoignant du style rhéno-mosan. Tour et chœur romans sont érigés en moellons de grès de petit appareil.

Le chœur est restauré au XVIe siècle, en moellons de calcaire. La tour est alors surélevée d'un niveau. En 1997, lors de travaux d’entretien préalables à la restauration de l'église, des peintures murales datant du XVe ou XVIe siècle sont découvertes sous des couches d'enduits dans l'abside. La scène représente « la fuite en Egypte », découverte exceptionnelle par son iconographie et par sa qualité d'exécution.

Vers 1744, la nef est reconstruite sur le haut soubassement primitif dans le style du classicisme français. De grandes fenêtres cintrées à encadrement calcaire éclairent largement l'intérieur. La porte d'accès présente une menuiserie ancienne et un encadrement élégant typique du baroque de notre région. A l'intérieur, des stucs millésimés 1789 décorent les plafonds de la nef en hémicycle. Réalisés dans le style rocaille, ils restent cependant sobres et discrets.

L'église est riche en mobilier liturgique. Il a été mis à l'abri ailleurs en attendant la restauration du lieu. Les plus anciennes statues, du XIVe siècle, ont rejoint les collections du musée d'Art mosan et d'Art religieux de Liège. D'autres statues ont malheureusement été dérobées par un malfrat après qu'il ait demandé les clés de l’église au voisin. Depuis lors, un double jeu de clé est nécessaire pour y entrer.

Le clocher de la tour présente un emplacement pour deux cloches. Mais seule une cloche en bronze y prend place. Dédiée à saint Sulpice, elle est datée de 1644. Un des descendants d’une ancienne famille du village raconte qu'il a toujours entendu dire qu'un de ses aïeuls a participé au décrochage d'une des cloches en période de troubles. Après l'avoir enterrée en lieu sûr, il est malheureusement décédé avant d'avoir livré le lieu de l'enfouissement. Ayant emporté son secret avec lui, la cloche n'a jamais été retrouvée jusqu'à présent. Ce geste a probablement été accompli pour éviter qu'on ne fonde les cloches pour en faire des armes.

Jusqu'à la fusion des communes, l'église est entretenue par les gens des alentours selon les dires d'un habitant d'Aineffe. Elle a un aspect vieillot mais soigné, lit-on dans une ancienne notice d'André Georges en 1969. Depuis, plus aucun frais n'est consacré à son entretien. L'église se détériore alors progressivement. Aujourd'hui, sa flèche penche singulièrement et un plafond stuqué s'est effondré par suite d'infiltrations d'eau. Créé en 1994, un comité milite pour sa restauration. Après avoir fait circuler une pétition qui recueille la faveur des habitants, c'est au tour des édiles communaux à être sensibilisé. Aujourd'hui, un projet de restauration est mis en route.

Emplacement

Adresse:
Rue Grimont
Aineffe