Menu
0
   

Description

Château classique du XVIIIe siècle de style Louis XVI. Siège d'une ancienne seigneurie du pays de Liège et résidence du Prince-évêque de Liège Charles-Nicolas d'Oultremont.

Le site et le paysage

Le petit hameau de Warfusée se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Stockay. Une drève arborée rejoint d'ailleurs la localité. La beauté du site est à signaler, car en plus du château et de son parc, plusieurs maisons, une brasserie, un ancien moulin et la ferme seigneuriale donne à l'ensemble une qualité architecturale remarquable. L'ensemble paysager est aussi exceptionnel avec un parc ou se rejoignent terres labourées, bois et étangs. Essartage, politique d'enclosure au XVIIe siècle, remembrement au XVIIIe siècle ont profondément modifié le paysage d'origine. De plus les industries extractives - houillères et alunières puis carrières - dont les revenus intéressaient les seigneurs, étaient établies à proximité. L'histoire du château de Warfusée s'inscrit aussi dans son environnement.

Historique

Les origines de la terre de Warfusée se confond avec celles de la chevalerie hesbignonne puisque c'est d'abord les de Dommartin qui furent à l'origine de cette seigneurie. Rien ne subsiste du donjon médiéval démoli au XVIIe siècle. Au XVe siècle, la seigneurie échut aux de Corswarem puis aux de Seraing et aux de Hamal, ensuite aux de Renesse. En 1657, Alexandre de Renesse vendit la propriété à sa cousine Marie de Thienne, épouse de Théodore de Bavière de Schagen, descendant des comtes de Hollande. Sous les de Bavière de Schagen puis les d'Oultremont, le château fut restauré puis entièrement transformé ; c'est à cette époque que l'Empereur, Rodolphe II, nomma le châtelain de Warfusée, comte du Saint-Empire romain germanique. C'est aussi à Warfusée que naquit Charles-Nicolas d'Oultremont, Prince-Evêque de Liège de 1763 à 1771. Délaissant le château familial de Warnant, les d'Oultremont remplacèrent le château Renaissance par un château classique de style Louis XVI. Le château de Warfusée est vraiment l'exemple type de cette architecture et de ce mobilier où transparaît la qualité de vie de la haute aristocratie du Pays de Liège.

Architecture

Le château actuel remplace un château plus ancien qui a été décrit par de Saumery et dont on a conservé la gravure de Remacle Leloup. On entre dans le château par une allée arborée donnant sur des constructions d'allure défensive qui ont été construites vers 1622. Cet ensemble occupe trois côtés de la cour d'honneur.
C'est Florent d'Oultremont qui fut à l'origine de la belle demeure classique. Vers la cour, la façade du château proprement dit est flanquée de deux ailes. L'avant corps plus élevé se termine par un clocheton abritant un carillon. Vers le parc, la façade est composée de deux ailes de part et d'autre d'un corps central à pans coupés surmonté d'un fronton qui correspond à un salon polygonal.

Mobilier

La décoration intérieure a été inspirée par les traités d'architecture et d'ornementation français du XVIIIe siècle. Les appartements sauf le salon ovale réaménagé au XIXe siècle par Balat se présentent tels qu'ils étaient au XVIIIe siècle. Toute une aile du château était occupée par les appartements du Prince-évêque Charles-Nicolas d'Oultremont. Le lit à baldaquin de damas jaune est la pièce la plus importante d'un mobilier recouvert de velours frappé. Dans le salon rotonde sont exposés de forts beaux portraits de Louis XV et Louis XVI. Dans un autre salon, des tapisseries d'Audenaerde représentant les aventures de Don Quichotte ont été placées. Les dessus des portes de ce même salon ont été réalisés par Léonard Defrance. Mentionnons encore la salle à manger ornées de copies d'œuvres de Raphaël ornant le Vatican ainsi que les stucs de la chapelle, dus à Moretti et Duckers.

Emplacement

Adresse:
Rue de Warfusée 113
4470 Saint-Georges-sur-Meuse