Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

L'histoire de Corswarem a été largement présentée par l'Abbé Renard, dans un livre qu'il a publié en 1978. C'est ainsi que l'on apprend que le nord du village de Corswarem était traversé par la chaussée romaine Bavay-Tongres. Elle suivait dans le territoire la ligne de crête séparant le bassin de l'Escaut, de celui de la Meuse. La « Romanisation » a laissé des traces puisque lors de travaux de fouille, les archéologues ont retrouvé des vestiges d'une villa romaine au pied du moulin de Corswarem..

Corswarem

Au Moyen Âge, le village fait d'abord partie de l'ancien comté d'Avernas avant de passer à celui de Duras puis à celui de Looz. Il passa aux mains du prince-évêque en même temps que le comté de Looz au XIVe siècle après bien des démêlés politiques. Le lignage de Corswarem installé au début sur un donjon emmotté au centre du village, était très proche des comtes de Duras puis de ceux de Looz. Ces chevaliers avaient des biens énormes en Hesbaye et un de ses membres, Arnould, fonda l’ancienne abbaye de la Paix-Dieu avant d'entrer lui-même dans les ordres, à Oleye avant son transfert sur le site actuel. Il dota richement l'abbaye de nombreuses terres dans le village et la région en demandant à sa mère Marguerite d'exécuter son testament et de devenir protectrice de l'abbaye. Il est aussi très probable que la première abbesse de la Paix-Dieu soit la propre sœur d'Arnould. L'abbaye de la Paix-Dieu aurait donc été en quelque sorte l'abbaye familiale des « de Corswarem », ce qui n'empêcha pas Guillaume, le frère d'Arnould, et sa descendance, de contester par de nombreux procès cette aliénation du patrimoine familial.

L'église après avoir été longtemps à la collation des comtes de Looz, entra à partir du XIIIe siècle avec les dîmes dans le patrimoine d'une autre abbaye cistercienne, l'abbaye d’Herckenrode. Les templiers mais aussi d'autres abbayes et le chapitre Saint-Lambert étaient parmi les gros propriétaires jusqu'à la vente des biens nationaux à la Révolution.

CorswaremCorswarem est essentiellement un village agricole dont les habitants comme beaucoup de ceux des autres villages de Hesbaye, ont travaillé dans la campagne de génération en génération. Cependant, de 1880 à 1895, l'agriculture subit une crise grave à la suite de l'arrivée massive de blés américains. Cette crise va être fatale pour beaucoup de petits agriculteurs qui sont obligés d’arrêter leurs activités et émigrent vers la vallée mosane pour y travailler dans les usines. A ce moment la chute de la petite propriété n'arrêtera plus son mouvement au profit d'exploitations de plus grandes tailles.
Parallèlement à la mutation industrielle du XIXe siècle, les transports et donc les voies de communication se développèrent. La Meuse subit des réaménagements pendant tout le XIXe siècle pour permettre aux bateaux de fort tonnage de relier les grands centres industriels et urbains. Dans la vallée mais aussi sur le plateau hesbignon, le chemin de fer joua un rôle important. En 1838, l’ouverture de la section ferroviaire Tirlemont-Ans et, en 1842, l'achèvement du tronçon Liège-Ans sortent la région de Waremme de son isolement. C’est en 1963 que le tracé de la frontière linguistique est définitivement fixé et que Corswarem, ainsi que 14 autres localités, rejoignent la province de Liège. Notons que Corswarem est romanisé depuis l'Epoque Moderne. Le transfert à la province de Liège du village et de ses habitants, néerlandophones et francophones, s'est déroulé sans anicroches.
Le patrimoine et l'environnement de Corswarem est aussi très riche. 

L'église Saint-Victor, construite sur une ancienne église romane, en 1859, est située sur une éminence extérieure au village et entourée du cimetière. Elle forme avec le noyau alentour et la très belle ferme de la Botte d'Or une des parties les plus homogènes du village au niveau bâti. Si l'on s'engage plus avant dans le village de Corswarem, en prenant, par exemple, les petits sentiers qui relient l'église et le cœur du village, on découvrira également la surprenante Ferme Baré (rue T. Jacquemin). Son pignon est célèbre pour la disposition des baies et la forme des linteaux… Corswarem, c'est aussi l'utilisation raisonnée de la force des vents… A la périphérie du village, au point culminant de Corswarem, se dresse le moulin à vent.

Moulin de CorswaremLa force motrice du moulin a été utilisée jusqu'en 1918. Il est aujourd'hui transformé en habitation.
Le village de Corswarem se trouve dans la partie Nord-Est de la commune, il s'est implanté de part et d'autre du ruisseau « la grande Bek » ; principalement sur le versant Nord. La vallée de la Lange beek est marqué par son caractère plus humide, plus propice aux herbages et petits bois. La végétation s'est développée le long des berges du ruisseau. Autrefois, le village était marqué par une auréole de prairies et vergers autour des noyaux d'habitations. Un certain nombre de ces espaces sont maintenant voués à l'agriculture ou aux arbres fruitiers. Les prairies permanentes sont devenues plus rares : elles occupent généralement les zones plus humides en fond de vallée.