Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

Ferme des Carmes déchaussés de Visé (Chapon-Seraing)Les fermes en Hesbaye sont de 70 à 100 et jusqu'à 120 hectares. Les bâtiments servant au logement du fermier et de ses bestiaux, sont presque toujours composés de trois corps de logis en carré long dont deux placés parallèlement et à l'angle droit sur le corps de bâtiment consacré au logement du fermier et de sa famille.

L'intervalle est occupé par une cour qui dans son milieu présente une pente insensible vers la porte d'entrée, dans laquelle on laisse le fumier. Il règne le long des bâtiments un trottoir de trois mètres environ de largeur, pour rendre la communication plus facile avec les étables pour les chevaux, les vaches, le jeune bétail et les moutons.

Une partie des bâtiments latéraux sert de grange, nommée dans le pays « xheure ». Le dessus des écuries sert à placer le foin. Ces greniers s'appellent « cinat ». Lorsque la grange ne peut contenir qu'une faible partie de la récolte, les gerbes sont réunies en meules à proximité de la ferme.

Le corps de logis destiné à l'habitation du fermier, renferme au rez-de-chaussée une grande cuisine, avec une large cheminée vis-à-vis de laquelle il y a une espèce d'entresol supporté par deux ou trois pièces de bois en forme de colonnes, ayant un grillage pour recevoir le jour. C'est ordinairement dans cet entresol que les filles du fermier et les servantes sont logées, et qui de là portent la vue sur le foyer et toute la cuisine. D'un côté l'on passe dans l'écurie des vaches, de l'autre dans une pièce où se tient ordinairement le fermier, à côté de laquelle il a souvent un cabinet où il se couche. L'étage se compose de trois ou quatre chambres, et le dessus est le grenier dans lequel on place les grains de la récolte. Les valets couchent dans les écuries.

Lit de varletUn mur en retour à angle droit et en face du corps de logis du fermier renferme la cour : au milieu de ce mur est une grande porte d'entrée de 7 mètres d'ouverture, au-dessus de laquelle est ordinairement le pigeonnier. Aux deux côtés sont des hangars, sous lesquels on place les charrettes, charrues. Il y a quelque fois de petites loges d'un côté pour les cochons et de l'autre pour la volaille.

Les matériaux qui entrent dans la composition de ces bâtiments sont la brique, que l'on confectionne sur les lieux, la pierre de taille pour les montants de porte et ceux des croisées, liés par du mortier fait avec la chaux et le sable. On se sert de la chaume pour les toits ; ils sont rarement couverts de tuiles ou en ardoises.