Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

La maison forte de Haneffe

Maison forte de HaneffeCe site n'est pas à proprement parlé une motte féodale. Mais l'éminence de terre fossoyée qui accueille la maison forte du XVIe siècle a pu avoir été choisie ou érigée pour la construction de structures plus anciennes comme une tour. Le dispositif avec une haute cour où ont étés construites la résidence et l'ancienne basse-cour servant d’infrastructure aux seigneurs de Haneffe ne va pas sans rappeler la topographie de châteaux sur motte plus ancien. En 1586, un document atteste d'un pont-levis entre les deux éléments au-dessus des fossés entourant l'ensemble castral. Les fossés entourant la maison forte étaient alimentés par l'Yerne. La maison forte et ses dépendances agricoles (grange, étables, bergeries et un colombier) y sont également décrites dans le document. L'aspect défensif y est bien présent et on remarque qu'une seule entrée existe pour le château et la ferme. Cette dernière servait de zone de tampon, entre l'extérieur et la maison seigneuriale et c'est exactement le même dispositif topographique qu'on retrouve sur des ensembles castraux plus anciens qu'on a étudiée avec la basse-cour qui précède la tour érigée sur la motte.
Une étude de cet ensemble castral et des sondages nous éclairerait peut être aussi sur l’origine artificielle ou naturelle de l'éminence en terre.
Les traces architecturales médiévales ne remontent pas au-delà du XIIIe siècle mais le site a pu être aménagé auparavant car l'occupation seigneuriale du village est déjà bien présente si on retrace l'histoire de la seigneurie et du lignage. L'histoire des occupants du site est en effet connue assez tôt grâce à plusieurs chartes et à l'oeuvre de Jacques de Hemricourt. Le village fait partie d'un domaine assez ancien et le premier personnage portant son nom est un homme libre c'est-à-dire un noble, du nom de Guillaume de Haneffe, cité en 1097. On connaît également un Anselme de Haneffe qui vécut au village de 1132 à 1156. Ancien alleu, la seigneurie entra alors dans le patrimoine du comté de Moha par mariage à la fin du XIIe siècle. Sans doute le comte de Moha voyait-il dans ce village un point fortifié qui pouvait défendre la frontière de son territoire tant convoité par ses voisins brabançon et liégeois. Après l'incorporation du comté à la principauté de Liège, la seigneurie échut à une famille chevaleresque prestigieuse : les de Warfusée qui porteront le nom du village. Un des leurs, Eustache dit Persant II de Haneffe, participera à la guerre des Awans et des Waroux. Après la bataille de Dommartin (1325) qui mit fin à cette guerre, un de ses descendants Jean de Haneffe pour montrer son ressentiment à l’évêque de Liège, protecteur des Waroux, voulut transporter ses alleux au comte de Hainaut. Mais cette allégeance à un seigneur étranger ne fut jamais validée.

La maison forte de HaneffeL'ensemble assurait donc une fonction guerrière à laquelle la ferme participait. Un premier château en bois existait donc peut-être dès le XIe siècle à l'apparition d'un lignage noble à Haneffe. La position géographique du village, à la frontière du comté de Moha, la propriété de la seigneurie à ce lignage noble, l’aspect de la butte fossoyée ainsi que la topographie de la ferme précédent la résidence seigneuriale érigée sur l'élévation de terrain et entourée d'un fossé puis d'une enceinte, plaident pour une occupation ancienne qui fait en effet penser aux mottes féodales qu'on retrouve à plusieurs endroits de la Hesbaye liégeoise. Au premier donjon de bois succéda sans doute un de pierre qui d'ailleurs n'a pas tout à fait disparu puisqu'une partie de ses murs a été réemployée dans la construction de la maison forte actuelle. L'ensemble du château fut complété par une enceinte qui existe toujours et à laquelle on ajouta deux bastions comme ce fut l'usage dans l'architecture militaire des XVIe et XVIIe siècles.