Menu
0
   

Le village d’Engis est devenu le centre administratif d’une commune comprenant également Clermont-sous-Huy et Hermalle-sous-Huy. Village industriel, Engis étend son territoire sur la rive gauche de la Meuse.

Le site est ancien car on y a découvert des vestiges du paléolithique, du néolithique et de l’âge du bronze. Ce n’est cependant qu’en 1040 que le village est mentionné pour la première fois. Au XIIe siècle la seigneurie appartint au célèbre lignage des Warfusée et dès le XVe siècle elle est partagée entre les Haultepenne et les de Horion. Au milieu du XVIIe siècle elle est vendue au comte d’Egmont mais une Cour de basse-justice en appelait toujours aux échevins de Liège. Quant à la paroisse, d’origine inconnue, elle appartenait à l’abbaye de Flône qui y nommait le curé.

Dès le XIVe siècle, on exploite l’alun à Engis jusqu’à la période française où les exportations obligent la plupart des alunières à disparaître. Des carrières, des briqueteries, des charbonnages furent ouvertes aussi au XIXe siècle. La métallurgie (gisements de fer, de zinc, de calamine et de plomb) et spécialement, celle du zinc, se développe grâce à la découverte d’un procédé de fabrication inventé par le liégeois Dony. 

En 1828, la société Métallurgique d’Engis est créée pour exploiter les gisements de zinc de la vallée de la Meuse. En 1845, l’usine d’Engis s’associe avec d’autres entreprises pour constituer la société de la Nouvelle Montagne. A la fin du XIXe siècle peu après la découverte de gisement de phosphate en Hesbaye, elle fabrique également des engrais chimiques. En 1938, avec ses associés, elle prend le nom de Société Métallurgique de Prayon et concentre ses activités sur la chimie.

La vallée est particulièrement riche en matériaux pierreux et en pierres calcaires dont une bonne partie sera destinée aux fours à chaux installés aussi dans la commune. Ces industries connaissent une grande prospérité à cause de leur proximité de la voie d’eau. La pierre est utilisée dans la construction, aussi bien dans les grands édifices que dans les constructions privées.