Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

La seigneurie de Jehay apparaît pour la première fois dans une chronique de 1083. Son histoire fut liée aux occupants du château. Après avoir appartenu à un miles (chevalier) qui portait le nom du village, elle passa aux d'Awans, aux de Lexhy, à Wathieu d'Athin, au XVe siècle aux de Falloise, aux de Sart, puis aux de Mérode avant d'échoir aux van den Steen qui gardèrent le château jusqu'à son acquisition récente par la Province de Liège. 

Des ordres religieux et notamment les cisterciens d'Aulne y possédèrent des biens ainsi qu'une sylva (forêt).

La chapelle castrale devint paroissiale et fut à la collation des chanoines de la collégiale d'Amay.

Jehay fut rattaché à Bodegnée en 1822. Les deux hameaux connurent de nouveau un destin séparé à la fusion des communes. Jehay passa à Amay tandis que Bodegnée rejoignit Verlaine. La Paix-Dieu, ancienne abbaye cistercienne, faisant partie de Bodegnée, de l'aveu même des moniales, suit maintenant le destin de Jehay dans la nouvelle commune d'Amay.

Jehay est un village agricole s’étirant le long de l’ancienne chaussée romaine. On y exploita aussi quelques houillères au XIXe siècle. En 1819, le charbonnage de la Paix-Dieu occupait 50 ouvriers.