Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

Ils n'ont guère laissé de vestiges monumentaux. L'habitat est fait en matériaux légers, bois et torchis. Seules quelques abbayes et églises sont construites en dur. A Amay, la basilique Saint-Georges déjà citée dans un testament de 634 et construite sur l'emplacement d'une villa romaine avec des matériaux empruntés à celle-ci, fut remplacée au XIe siècle par un édifice roman. C'est autour de ce lieu de culte que s'est regroupé l'habitat de la cité. L'édifice et ses desservants auront d'ailleurs une importance primordiale tout au long de l'histoire de la cité. La fouille du cimetière des Larrons par la Région wallonne, sur les hauteurs, pas très loin de la collégiale nous donne des renseignements sur cette population déjà présente à l'Epoque mérovingienne et dont le village dort sans doute actuellement en dessous des maisons actuelles d'Amay.

Un autre site important est celui du Thiers d’Olne qui fait partie du village de Hermalle mais qui surplombe l'ancien vicus d'Ombret. On y a découvert et fouillé un habitat aristocratique ainsi qu'une série de cabanes d'artisans, un édifice de culte païen puis chrétien, ainsi qu'une nécropole livrant une série de tombes s'étalant sur plusieurs siècles.
Un autre habitat franc a été découvert et fouillé à Villers-le-Bouillet, dans la campagne, près du zoning industriel.