Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

Mésange charbonnière  Rouge-gorge familier  Moineau domestique

La mésange charbonnière est une des plus grandes et des plus communes de sa famille. Ce passereau habite les jardins, les parcs et les bois où il niche dans les haies. Son régime alimentaire varie avec les saisons : des graines l'hiver et des insectes au printemps. Au jardin, les mangeoires garnies de graines et de graisse l'aident à survivre aux hivers les plus rigoureux. Peu difficile à nourrir, l'espèce n'est pas menacée. D'une taille d'environ 15 cm, la Mésange charbonnière se distingue par sa « casquette » noire, des joues blanches, et un dos jaune-verdâtre. On dirait qu'elle porte une cravate noire sur le poitrail. Le ventre est jaune. Le mâle fait retentir un chant scandé, rythmé sur deux ou trois notes métalliques, que l'on peut traduire comme suit « Vite, viens vite, viens vite ». La charbonnière peut aussi émettre plus de 25 cris différents.

Plusieurs oiseaux, comme le Pinson des arbres et le Bouvreuil pivoine mâle, ont la gorge rouge mais le Rouge-gorge familier est une espèce bien particulière... S'il est présent toute l'année dans notre région, il est cependant fortement probable que celui que l'on observe dans son jardin au printemps ne soit pas le même que celui qui y a passé l'hiver. C'est en effet un migrateur dont l'ensemble de la population se déplace. Cet oiseau d'une quinzaine de centimètres niche souvent près des maisons. Il est très facile à observer. Malgré son chant mélodieux, c'est aussi un bagarreur de la pire espèce.
N.B. Le Rouge-gorge est l'emblème de la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux (LRBPO).

Le moineau domestique est l'oiseau le plus adapté à la vie à proximité de l'homme, dont il dépend étroitement. Il se nourrit pour l'essentiel de graines, d'insectes, mais aussi il prend des bains de poussière dans les semis et mange les jeunes pousses de salades, ce qui le rend impopulaire auprès des jardiniers. Il ne migre pas, ce qui rend le nourrissage au jardin indispensable en hiver. Le Moineau délimite son territoire du haut d'un toit ou d'une gouttière par son cri caractéristique, le fameux « tchip tchip ». Il ne rechigne pas à séjourner dans les nichoirs posés par l'homme.