Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

Momalle - Ferme de CambretourDans les campagnes, les fermes en quadrilatère présentent sûrement le type de bâtiment le plus répandu. Beaucoup sont d'origines médiévales soit qu'elles étaient exploitées par des ordres religieux soit qu'elles étaient la ferme d'une famille seigneuriale. A la fin du Moyen Âge s'ajouta même aux familles d'origine noble ou chevaleresque, une classe de paysans propriétaires qui a aussi construit ses propres fermes et s'est inspiré des modes de vie de l'élite.

Il ne reste rien comme témoignages architecturaux de cette époque. Les textes citent cependant des maisons d'habitation et des dépendances agricoles qui se regroupent autour d'une cour. Les plus anciens logis de ferme remontent aux XVIe et XVIIe siècles. Il est fort probable qu'à cette époque l'usage était encore de construire en torchis et colombage. Il existe déjà des exemples de granges et d'étables construites en briques même si pour l'Ancien Régime, il y a plus de bergeries que de bouveries. Les bâtiments se sont donc sûrement rapprochés au fur et à mesure de leur évolution historique pour former des ensembles semi-clôturés puis en carré, dont tous les bâtiments tendent vers une certaine homogénéité. Beaucoup de ces ensembles réalisés en une seule campagne de construction et composés d'un logis et de bâtiments agricoles, tous en briques et pierres, datent généralement de la fin du XVIIIe siècle. Ce sont souvent les fermes de l'élite rurale, noblesse, clergé et paysannerie fortunée. Des constructions fort semblables furent encore construites selon le même plan et la même disposition de bâtiments au XIXe et début du XXe siècle, notamment dans des terroirs gagnés par les nouveaux défrichement aux abords de la vallée de la Meuse. On a donc sur ce territoire une grande diversité de fermes qui proviennent de leur histoire, du statut de leur propriétaire ou des conditions géographiques et socio-économiques dans lesquelles elles ont été engendrées.

Ferme Heptia à FaimesQuant aux autres habitations, il reste des témoignages des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Mais ces maisons sont aussi souvent les habitations de personnes relativement aisées. Parfois, il reste l'un ou l'autre exemplaires dans un village de l'architecture d'une petite exploitation de manouvrier comme cette construction en terre crue de Viemme - récemment disparue mais répertoriée de justesse dans l'inventaire du patrimoine - ou cette autre petite exploitation à Borset. Souvent dans la région de transition que constitue Warnant, Villers, Bodegnée ou Amay, il est difficile de faire la part entre la maison des ouvriers des industries et celle des journaliers travaillant dans les champs. Il est vrai que pour beaucoup d'habitants de la région, la petite exploitation était complémentaire de la journée en usine.