Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

Faucon crécerelleLe Faucon crécerelle. Ce petit faucon se reconnaît immanquablement à son vol caractéristique « en Saint-Esprit », pratiqué en tout lieu dégagé, et souvent observé le long des autoroutes : des battements d'ailes rapides le maintiennent immobile à une dizaine de mètres de hauteur, jusqu'à ce qu'il se laisse tomber sur la proie ainsi repérée.

La Crécerelle ne bâtit pas de nid et pond ses œufs à même le support adopté qui peut être, par ordre de préférence, le trou d'un mur de grange ou d'un pigeonnier, un vieux nid de corvidé, un arbre creux, une anfractuosité de rocher, etc.

Commun partout en Hesbaye, le Faucon Crécerelle est un oiseau des milieux ouverts. Sa densité atteint un couple pour 3 km² sur certains secteurs. C'est après l'envol des jeunes que le faucon crécerelle se remarque le plus dans la campagne. Les familles restent groupées et chassent dans les champs où la récolte a été effectuée.

Busard cendréLe busard cendré est un rapace diurne qui chasse les petits mammifères et se nourrit aussi de sauterelles. Dans notre pays, il a niché en Campine et en Gaume. Ce rapace nicheur est assez rare en cultures céréalières et il mérite la plus stricte protection quand un couple est découvert en Hesbaye puisqu'il s'agit d'une espèce menacée en Europe.

Le busard cendré mesure 30 à 40 cm de long pour une envergure qui peut atteindre 1,20 m. Le mâle arbore un plumage gris cendré alors que la femelle est brune, avec un ventre d'un brun plus prononcé et un croupion blanc. On le distingue facilement à ses ailes longues et étroites.

Chevêche d'AthenaLa chevêche d'Athena est le rapace nocturne que l'on observe le plus fréquemment de jour. D'aspect ramassé et trapu, elle mérite bien le surnom de « petite chouette ». La couleur générale de son plumage est brun roux tacheté de blanc. Elle a la gorge claire, les sourcils blancs et les yeux jaunes. Elle possède à l'arrière de la tête un faux disque facial (deux marques blanches en forme de V) qui sert peut-être à tromper d'éventuels prédateurs. Le répertoire vocal de la chevêche est très varié et parfois déroutant. Son cri typique est un « kiouit » sonore qui rappelle un miaulement ou un jappement.

La Chevêche affectionne particulièrement les paysages ouverts, ses préférences allant vers les terrains cultivés, les prairies permanentes avec des haies et les vergers. Elle niche dans des trous d'arbres, des trous de rochers ou des bâtiments. Elle choisit des endroits parfois très insolites et occupe volontiers les nichoirs artificiels. Elle consomme principalement des insectes, des vers de terre et des campagnols des champs qu'elle chasse à l'affût ou en sautillant au sol. D'autres petits mammifères, des petits oiseaux, des petits reptiles et des batraciens complètent son menu.

La Chevêche est actuellement le rapace nocturne le plus menacé. La transformation des paysages ruraux, les hivers rigoureux, la circulation routière, les pesticides et la raréfaction des gros insectes (hannetons, criquets, etc.) font que sa régression est parfois alarmante dans toute l'Europe. En Hesbaye, elle est devenue rare, les trous d'arbres ayant disparu avec les vieux vergers. Elle se maintient uniquement dans les villages où subsistent encore l'un ou l'autre verger.