Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

RosouxLe village de Rosoux se trouve dans la partie Nord-Ouest de la commune de Berloz. Le hameau de Crenwick, situé à l'Est de la Commune, est séparé des autres villages de l'entité par plusieurs voies de communication (Ligne TGV, E40 et route nationale). Rosoux et Crenwick étaient deux villages séparés administrativement avant leur fusion. C'est en 1822 que Crenwick formera une seule commune avec Rosoux. Crenwick est depuis lors romanisée : à partir de 1772, les registres paroissiaux sont rédigés en français, ce qui correspond à la venue du premier curé francophone.

Au Moyen Âge, le village de Rosoux appartenait au chapitre de Saint-Barthélemy lorsqu'il fut détaché de la mense épiscopale en 1043 par l'évêque Wazon. Mais, peu-après, leurs sous-avoués dépendant de la famille de Berloz, usurpèrent de la seigneurie et en 1220, le lignage laïc des Rosoux étaient considéré comme seigneur du village et il le resta jusqu'en 1705.
Le village de Crenwick appartint à un lignage portant le nom du village puis la seigneurie échut au XVe XVIe siècle à la puissante famille de Corswarem.
Eglise Saint-LaurentL'église de Rosoux était une filiale de Goyer (Jeuk). La cure était à la collation du chapitre liégeois de Saint-Jean l'évangéliste. Il existait également une chapelle à Crenwick dédiée à saint Laurent et également à la collation de Saint-Jean.
Rosoux est, comme Corswarem, traversé par la Lange Beek. Ce ruisseau traverse des sites d’un intérêt biologique certain, notamment les étangs à proximité du Château de Rosoux et le site au lieu-dit Carlot Font à l'Est de Corswarem. Rosoux, c'est également quelques zones humides intéressantes, des petites sources à proximité du château et le lit du ru « Les Prés à l'Euwe ».
Le bâti du centre de Rosoux est caractérisé par la présence en enfilade de petites maisons ouvrières mitoyennes ou jumelées. L'histoire du village apporte une explication partielle : la population de Rosoux, par exemple, était composée de petits agriculteurs mais également d'ouvriers occupés dans les entreprises locales (sucrerie).
Rosoux et Crenwick abritent environ 33% de la population communale. Berloziens de toujours ou amateurs de cadre rural venant d’ailleurs, tous recherchent la convivialité, le calme de la campagne. Pour les Rosoutois et les habitants de Crenwick, la proximité de l'autoroute, même si elle peut représenter une source de nuisances visuelles ou auditives, est un avantage intéressant pour les navetteurs qui rejoignent quotidiennement Liège ou Bruxelles.

Le château de Rosoux est blotti au centre du village, dans une magnifique propriété enrichie d'arbres monumentaux. Ses principaux atouts sont le parc, la conciergerie et le portail en bordure de la rue Lismonde. A l'entrée du parc, rue des Temples, côté campagne, on peut aussi contempler le Bel Arbre. Répertorié comme arbre remarquable, il doit sa forme à une taille pratiquée de manière spéciale. L'église Saint-Maurice jouxte le parc du château, elle est flanquée du presbytère qui s'enorgueillit d'un harmonieux petit « jardin de curé ». Le presbytère aurait visiblement été construit avec des briques excédentaires de l'église, ce qui contribue à donner au lieu une harmonie particulière.

Le hameau de Crenwick se développe le long d'une rue, il comporte deux grandes fermes en quadrilatère et quelques maisons villageoises en briques. L'église Saint-Laurent a été complètement restaurée suite à un incendie en 1989. Pour la petite histoire, ce sont des vitraux provenant du Collège Saint-Louis à Waremme qui ont été réutilisés à Crenwick.