Menu
0
   
Une architecture, reflet d'une société inégalitaire

Famille seigneuriale de MirbichtLa vie au village n'était pas toujours harmonieuse. De graves inégalités existaient dans les riches campagnes de Hesbaye. Au-dessus des paysans, clergé et noblesse se partageaient une grande partie des terres, percevaient leurs rentes, cens et fermages. Leurs habitations, quand ce n'était pas des châteaux, étaient bien souvent les plus belles fermes du village. Une minorité de paysans les suivent de peu dans la hiérarchie sociale. Ce sont ceux qui ont réussi et qu'on appelle parfois les "coqs de village". Bien souvent ils sont parvenus à réunir quelques terres et louent le reste aux abbayes. Ils imitent souvent le train de vie de l'aristocratie et ont souvent une fonction dans l'échevinage et une responsabilité dans la communauté. Les bâtiments des fermes de tous ces privilégiés sont celles en quadrilatère qui ponctuent le paysage de la région.

Mais la masse des villageois est pauvre et habitent bien souvent une chaumière en colombage et torchis. Certains cultivent un lopin de terre mais sont obligés de louer leurs bras dans les grandes fermes qui les emploient pendant les périodes de grands travaux. D'autres n'ont que la force de leur bras à louer et travaillent dans ces grosses fermes qui sont en quelque sorte les grosses entreprises de la région.