Menu
0
   

La ville de Waremme est considérée comme la capitale de la Hesbaye. Son territoire a été largement occupé depuis le Néolithique. Lors de la période romaine, s'érigèrent plusieurs villae pas loin de la célèbre chaussée Bavay-Cologne qui traversait le territoire. C'est autour d'un château au XIe siècle que la ville de Waremme s'est développée. Cet ensemble castral a été détruit vers 1840 mais les archives ont laissé un plan du XVIIIesiècle qui montre comment cette motte pourvue d'éléments défensifs contrôlait la ville. Bourg castral emmuraillé et centre religieux, la petite ville devint aussi très tôt un petit centre économique où se déroulait un marché qui permettait la perception d'une taxe. Centre domanial important, Waremme ne devint cependant une ville qu'aux XIVe et XVesiècles. Dès cette période, les mentions officielles de « bonne ville » apparaissent dans les documents officiels. En 1474, existe aussi un perron symbole des privilèges acquis par la ville. Le XVIIIe siècle marqué par beaucoup de guerres et de destructions laissera la place aux XIXe et XXe siècles. La période contemporaine sera une période de reconstruction et de croissance de la ville, notamment grâce au passage du chemin de fer et à la construction d'une gare. Beaucoup de quartiers vont se transformer et s'urbaniser et beaucoup d'éléments d'un patrimoine plus ancien disparaîtront ou seront reconstruits, donnant à Waremme son actuel aspect de ville récente.

On retiendra un peu à l'extérieur de la ville cet original château de Longchamps, élégante construction du début du XIXe siècle, précédé d'une drève et pratiquement le seul exemplaire de l'architecture impériale dans notre région. Lors des fusions des communes, Waremme fut rejointe par Bettincourt, Bleret, Bovenistier, Grand-Axhe, Lantremange et Oleye, 6 villages aux caractéristiques hesbignonnes bien définies et au patrimoine rural bien affirmé.
Bettincourt ne formait à l'origine qu'une seule communauté avec Waremme. Ce village se signale par un petit ensemble architectural de quatre fermes en quadrilatère qui se font face, l'une à l’autre, à l'intersection de 4 tronçons de chemins de la voirie villageoise.
Bleret, localité rurale, fut un domaine vendu aux chanoines liégeois de Saint-Denis en 1278. Son église munie d'un vaisseau des XIVe et XVe siècles et rebâtie aux XVIIIe et XIXe siècles est son principal intérêt.

Bovenistier appartenait à d'autres chanoines de Liège, ceux de Saint-Jean. Le village entier leur appartenait d'ailleurs entièrement à la fin de l'Ancien Régime. La localité se signale par un édifice néo-gothique imposant construit en 1857. Face à cette église, une importante ferme en quadrilatère a conservé un noyau assez ancien de 1584.
Lantremange présente aussi plusieurs fermes mais la principale est totalement homogène et a été construite en 1774. L'église, quant à elle, a été construite en style néo-gothique autour de 1853. L'expansion démographique, pointée dans la région au XIXe siècle, a souvent obligé la destruction d'anciens bâtiments au profit de plus amples édifices qui permettait à une population de paroissiens aussi en augmentation de suivre les cérémonies religieuses.

Grand-Axhe est un domaine très ancien qui appartenait à l'abbaye de Saint-Denis près de Paris et pour lequel on possède des documents écrits dès le début du IXe siècle. L'édifice paroissial est également de la famille néo-gothique et se trouve sans doute à la place de l'édifice consacré en 805.

Quant à Oleye, c'est un village qui a pris une importance historique parce qu'il a accueilli le premier site des moniales cisterciennes de la Paix-Dieu qui déménagèrent un peu plus tard vers leur site actuel. Celles-ci y laissèrent d'ailleurs une grange exploitée encore au début du XIVe siècle par des convers. Mais c'est aussi avec Saint-Denis, bien implanté dans la région, que les villageois d'Oleye tissèrent le plus de liens. Ceux-ci furent sans doute aussi à l'origine de cette magnifique église élevée sur une butte aux XIIe et XIIIe siècles. L'édifice a conservé une tour forte médiévale et pour le reste a été modifié aux XVIe et XVIIe siècles. Oleye conserve également un bâtiment industriel très intéressant d'abord minoterie puis distillerie au XIXe siècle. Il a été construit à partir d'un ancien moulin établi le long du Geer.