Menu
0
  • FR
  • NL
  • EN
  • DE
   

Le site de Warnant était déjà occupé à l'époque romaine. La première mention écrite du village remonte à 1137. Warnant faisait partie du comté de Moha qui fut cèdé vers 1225 au prince-évêque de Liège. Le village fut alors rattaché à la cour de justice de Wanze.

C'est autour de l'église dédiée à saint Rémi et du premier château qui occupait alors une place centrale dans le village que se fixa l'habitat de Warnant, composé essentiellement d'exploitations agricoles. Le village fut détruit une première fois par les milices croates de Jean de Weerdt en 1636 pendant les guerres de 30 ans puis par les troupes françaises cantonnées à Warnant en 1695.

Village agricole, la propriété foncière était répartie entre la noblesse, les ordres religieux et la paysannerie. Les chanoines de l'ordre de Prémontré de Floreffe y possédaient deux fermes. Les ordres militaires des Templiers puis des Hospitaliers puis l'ordre de Malte occupèrent la commanderie située au sommet de la butte des Burettes. Quant au lignage local, il est de la plus ancienne chevalerie de la principauté de Liège. Après la destruction de son château au XIIIe siècle, il préféra reconstruire une maison forte à l'extérieur du village et prit le nom de d'Oultremont. La paroisse de Warnant était à la collation des chanoines de Floreffe alors que le desservant de celle de Dreye était un chanoine de l'abbaye de Flône. L'origine de ce hameau et son extension serait d'ailleurs à attribuer aux moines de cette abbaye qui défrichèrent cette partie du village.

Les deux ruisseaux du Toultia et du Narméa se rejoignent un peu en amont de Dreye avant de se jeter dans la Mehaigne. Cette rivière d'ailleurs borde quelques mètres la limite du territoire de l'ancienne commune. Deux anciens moulins à farine furent construits sur ces ruisseaux au XIXe siècle et sont toujours visibles entre Warnant et Dreye.

A cette époque, les principales ressources du village étaient surtout agricoles et forestières. Plusieurs industries s'installèrent aussi à ce moment, une râperie, une fabrique d'instruments aratoires, des brasseries, des siroperies. La râperie donna au village en 1896 jusqu'à 141 emplois. Créée en 1872 pour alimenter la sucrerie de Wanze, elle ferma ses portes en 1925.